Manger
moins
pour
vivre
mieux

Comment perdre du poids?

Questions fréquentes

Vous pouvez perdre autant de kg de graisse que vous le souhaitez. C’est possible tant que vous maintenez un IMC qui reste dans les normes internationales entre 19 et 25.

Durant un jeûne, cette graisse tant haïe apporte tout ce dont l’organisme a besoin pour couvrir toutes les dépenses physiologiques, sans aucune carence, sans aucune fonte musculaire… Poursuivez la lecture ci dessous.

Durant un jeûne votre cerveau, vos tissus, vos cellules sont nourris. La graisse accumulée est utilisée pour fabriquer des corps cétoniques qui vont fournir une source d’alimentation alternative. Comme une voiture hybride qui bascule du carburant à l’électricité stockée dans ses réserves, dans ses batteries. 

Jeûne intermittent, jeûne 5/2 ou 16/8, jeûne sec, jeûne hydrique, avec ou sans bouillons, avec ou sans jus de fruits… Quel jeûne choisir?

Avant de savoir courir, il faut apprendre à marcher! La méthode pratiquée dans les cliniques Buchinger-Wilhelmi est idéale pour commencer à entrer dans la pratique du jeûne.

Préparez quelques jours de “descente alimentaire” si vous prévoyez de jeûner plusieurs jours. Si vous êtes en bonne santé, que vous voulez essayer sur une journée et n’avez pas besoin de suivi médical… Alors FONCEZ sans craintes!!!

  

 Comment faire pour maigrir? 

 

ADOREZ VOTRE GRAISSE…

 

Et acceptez qu’elle vous nourrisse bien !

 

Voila une formule surprenante… ADORER SA GRAISSE? S’il y a bien un sentiment qui anime ceux qui veulent perdre du poids vis à vis de leur graisse, ce n’est certainement pas celui-là.

Au contraire, spontanément, les émotions qui surgissent sont plutôt le dépit ou le mépris, voire chez certains et de façon extrême, le dégoût. 

Pourquoi donc adorer sa propre graisse quand on veut maigrir alors que justement, on aurait tellement aimé qu’elle ne soit jamais venu s’agglutiner à notre corps et qu’on est prêt à tout pour s’en débarrasser?

Alors oui vous avez bien lu, ce n’est ni une erreur de votre part, ni une faute de frappe.

 

Pour maigrir vous allez littéralement devoir A-DO-RER votre graisse corporelle. Toute votre graisse corporelle. Jusque dans les moindres recoins. Aimez tous ces bourrelets que vos mains peuvent attraper. Ceux du ventre. Ceux du cou. Ceux des cuisses. Ceux des fesses. Ceux des hanches. Ceux des bras.

Oui vous allez devoir être reconnaissant(e) envers tous ces bourrelets de tissus adipeux, et vous ne pourrez être reconnaissant(e) que si vous les aimez.

Mais répondons tout de suite à cette question: Pourquoi faut il donc aimer sa graisse?

 

 

La graisse de votre corps est FAN-TAS-TIQUE

 

La graisse si elle n’existait pas il faudrait l’inventer. C’est une invention prodigieuse qui siège dans notre corps et qui permet d’avoir toujours de la nourriture de qualité sur soi, sous une forme inaltérable. 

Tous les aliments que l’on peut cultiver, acheter et conserver, inéxorablement ils finissent par se dégrader et pourrir à un moment ou à un autre. 

La graisse, notre graisse, votre graisse, elle, contrairement à tous les aliments qui remplissent nos frigos ou nos placards, elle, elle n’a pas de DLUO (Date Limite d’Utilisation Optimale). Elle ne périme donc jamais. Et ça c’est quelque chose de fantastique. 

C’est fabuleux car notre organisme sait répondre de façon prodigieusement ingénieuse aux problèmes épineux de stockages de la nourriture depuis des milliers et des milliers d’années.

Sans que nous nous en rendions compte. Sans que nous ayons d’efforts particulier à effectuer. Notre graisse est toujours en parfait état. Nul besoin de craindre un coupure d’électricité comme avec un réfrigérateur ou un congélateur. Notre stock de graisse est de plus toujours là à disposition avec nous. On l’a toujours sur soi. Elle est là 24h/24. Toujours prête à l’utilisation. 

Pour maigrir en jeûnant il faut absolument se souvenir sans cesse que notre corps possède cette extraordinaire faculté à stocker de l’énergie sous forme de graisses corporelles pour justement vivre en cas d’absence de nourriture.

Est ce que vous commencez à comprendre pourquoi on doit aimer sa graisse? Pourquoi on peut même affirmer que pour maigrir en toute sécurité il faut adorer cette graisse tellement haïe?

 

 

Le jeûne est une méthode sûre et efficace pour perdre du poids de façon durable. Le corps est nourri pendant un jeûne, et il est même très très bien nourri.

Lisez ICI les résultats STUPÉFIANTS d’une étude scientifique de 2019 menée pr les cliniques BUCHINGER qui prouvent l’efficacité et l’absence de danger du jeûne. 

Dès le début du jeûne l’organisme bascule d’une alimentation extérieure à une alimentation intérieure, d’une alimentation exogène à une alimentation endogène. 

Exactement comme un véhicule hybride bascule de l’essence à l’électrique, grâce au stock d’énergie en réserve dans ses batteries comme évoqué précédemment.

De la même façon lors d’une cure de jeûne, le corps bascule d’une alimentation extérieure qui procure du plaisir à une alimentation intérieure, qui apporte elle aussi du plaisir mais sous une forme différente. 

Cette nourriture intérieure stockée sous forme de graisses corporelles est mobilisée et transformée par le foie. Le fruit de cette transformation s’appelle les corps cétoniques dont l’organisme va se nourrir d’une manière parfaitement équilibrée.

Toute cette matière grasse corporelle va avantageusement remplacer le glucose pour nourrir toutes les cellules, tant du celle du cerveau, que celles de tous les autres organes et les autres tissus. Tant que le corps ne descend pas en dessous d’un IMC de 18,5 cela signifie que les réserves corporelles sont encore suffisantes. 

Un individu de 40 ans mesurant 1m70 pour un poids de 70kg, autrement dit un individu avec une corpulence normale, dispose de 40 jours de réserves de graisses.

Oui vous avez bien lu, 40 jours de reserves sans absorber de nourriture exogène, uniquement de la nourriture intérieure grâce au foie et à la transformation des graisses en corps cétoniques. 

Pourtant l’IMC de cet individu d’1m70 et 70kg n’est que de 24,2. Un individu en surpoids, avec un IMC supérieur à 25, peut donc très très largement jeûner sans s’exposer à des carences, sans le moindre risque pendant plus de 7 jours, plus de 14 jours ou plus de 21 jours s’il est en bonne santé.

 

Est-ce que c’est vrai? Jeûne = Pertes musculaires?

 

Durant un jeûne, cette graisse tant haïe apporte tout ce dont l’organisme a besoin pour couvrir toutes les dépenses physiologiques, sans aucune carence, sans aucune fonte musculaire

Le mécanisme du jeûne peut être divisé en 3 grandes étapes 

 

 

1ère étape : lors du premier jour de jeûne l’organisme utilise ses réserves de glycogène

 

En 24heures toutes les réserves de glucose sont épuisées. L’organisme utilise le glucose disponible directement dans le sang grâce aux aliments ingérés.

Ensuite il va piocher dans celui qui est stocké dans le foie et les muscles sous la forme de glycogène, c’est la glycogenèse. Quand le stock de glycogène est épuisé, l’organisme commence alors à chercher des ressources dans les graisses corporelles, c’est la deuxième étape. 

 

 2ème étape : L’organisme s’adapte parfaitement, il économise précieusement ses protéines

 

Dès la fin du premier jour de jeûne ou avant, quand les ressources en glucose sont épuisées, les cellules vont très vite réagir et utiliser les graisses pour puiser de l’énergie. Ainsi, dès le début du jeûne la production d’hormones est modifiée. Les premières modifications hormonales s’effectuent sur l’insuline dont la production est diminuée voire stoppée. 

De façon très simplifiée, la mission de l’insuline est de faire baisser le taux de glucose du sang en le faisant pénétrer dans les cellules. Ce stockage intra-cellulaire a lieu sous forme de glycogène mais en quantité limitée. 

Cependant pour augmenter leurs réserves les cellules synthétisent des acides gras à partir du glucose afin de disposer de réserves énergétiques supplémentaires sous forme de lipides.

L’insuline est donc l’une des principales hormones responsables de la prise de poids, la chute physiologique de sa production est donc une excellente chose lorsque l’on souhaite en perdre.

De façon concomitante, dès le début du jeûne la production de glucagon et d’hormone de croissance est augmentée, cela induit de façon très intéressante une activation et une augmentation du métabolisme des graisses.

L’hormone de croissance permet une préservation et un développement de la masse musculaire. Quand il produit cette hormone le corps économise ses protéines, il ne les consomme surtout pas. 

Une étude a démontré qu’après un jeune de 24 heures la production d’hormones de croissance augmente en moyenne de 2000% chez les hommes et de 1300% chez les femmes.

L’organisme va donc économiser ses protéines et utiliser en priorité les lipides. Cette phase peut durer très longtemps. Aussi longtemps que des réserves de graisses sont  disponibles.

 

Durant cette 2ème phase, seulement 4% des dépenses énergétiques proviennent des protéines et 96% sont issues des lipides.

 

Certains trouvent encore cela problématique ou dangereux car ils estiment que ces protéines viennent forcément des muscles. En effet cette croyance a encore la peau dure: « Protéines = Muscles ».

Cependant ces 4% de protéines mobilisées peuvent venir de bien d’autres endroits et pas forcément des tissus musculaires. Il y a par exemple des réserves protéïniques dans le foie. Ces réserves sont mobilisées et utilisées lors d’un jeûne. 

En réalité, ce ne sont pas les muscles qui s’atrophient, le faible taux de protéines mobilisées lors d’un jeûne ne vient pas des tissus musculaires mais du tube digestif.

Il a été observé que la muqueuse digestive s’atrophie de façon physiologique lors d’un jeûne, car elle n’est plus utilisée.

En fait, sans danger, ce sont les protéines qui structurent cette muqueuse qui sont mobilisées et uniquement de façon transitoire. Lors de la ré-alimentation, cette muqueuse va tout simplement être re-synthétisée à neuf.

Il semble en effet que notre corps soit plus adapté à jeûner qu’à manger trop.

 

Enfin le jeûne enclenche également un phénomène appelé l’autophagie, c’est à dire la destruction et l’élimination des structures protéiques dégénérées ou vieillies, mais aussi des fragments d’ADN et des protéines issues des membranes cellulaires des cellules adipeuses détruites.

Les lipides de l’organisme sont transformés dans l’usine de transformation de l’organisme, le foie. 

Après passage dans cet organe, les lipides sont transformés en beta–hydroxybutyrates, plus connus sous le nom de corps cétoniques.

Une cure de jeûne de 7 jours, 21 jours ou 30 jours est donc sans aucun danger et ne pose aucun problème. Notre corps y est parfaitement adapté depuis des milliers et des milliers d’années.

Par contre, nos organismes sont beaucoup moins adaptés à nos sociétés de consommation qui encouragent à outrance une suralimentation permanente.

 

 

 

 3ème étape : Quand 80% des réserves lipidiques ont été utilisées les protéines ne sont plus économisées.

 

Au-delà d’une quarantaine de jours, lorsque les réserves lipidiques sont épuisées, le corps commence à mobiliser soit ses acides aminés musculaires, soit ses protéines, qu’il puise jusque dans la trame osseuse, pour toujours maintenir un certain niveau énergétique et un minimum de fonction cérébrale.

Cette situation est critique. La survie est alors en danger. La réalimentation doit intervenir en urgence avant qu’il ne soit trop tard. Quand la disponibilité en acides aminés se tarit, c’est la mort.

Des travaux scientifiques ont montré qu’un adulte d’1m70 pesant 70 kg possédait environ 15kg de réserves de graisses, soit un jeûne d’une quarantaine de jours s’il est en bonne santé.

Dans les limites de ce cadre bien défini, le jeûne ne présente donc strictement aucun danger. La capacité à jeûner est naturelle, elle est inscrite dans nos gènes pour admirablement faire face depuis la nuit des temps, par exemple, à des variations saisonnières où l’approvisionnement en nourriture est difficile voire impossible.

 En fait, notre corps est beaucoup plus adapté au jeûne qu’à la suralimentation de nos sociétés d’hyper-consommation.

 

Le corps de chaque individu est beaucoup mieux à même de gérer l’absence que l’excès de nourriture. Pourquoi le corps humain irait brûler et consommer ses précieux muscles alors qu’il dispose de réserves spécialement stockées pour ça? 

Le corps humain, cette merveille, réagit de façon intelligente et prévisible, il va éliminer d’abord tout ce qui est superflu, c’est à dire la graisse corporelle.

 

 

Et si l’homme n’était pas conçu pour manger sans cesse?

 

Et si on s’arrêtait de manger de temps en temps?

 

Et si on commençait à manger moins pour vivre mieux ?


Avez-vous réussi à perdre du poids comme vous le souhaitez?